Pont sur la route 1 vers San Francisco
EN ROUTE

Death Valley, Yosemite et la route 1

Il y a Los Angeles, et puis il y a San Francisco. Entre les deux? La Death Valley, Yosemite et la route 1. On se retrouve là-bas?

 

sur la route de la vallée de la mort

 

Direction la Death Valley

Après avoir passé quelques jours à Los Angeles, nous avons loué une voiture et prit la direction de la Death Valley. A la base, ça n’était pas dans ma top liste des choses à voir et finalement j’ai ÉNORMÉMENT AIMÉ cet endroit. Du sable à perte de vue, pas grand monde, vu le moment de l’année (début janvier), mais surtout des paysages splendides. On se projette, dans notre tête, ce à quoi devrait ressembler la Vallée de la Mort mais la réalité est bien plus grandiose.

Notre première journée dans la Death Valley a été remplie par un long trajet jusqu’à ce désert de sable. Nous nous sommes arrêtés dans une ville en bordure de la Vallée de la Mort, du nom de Shoshone. C’était une toute petite place avec seulement un commerce, un restaurant, un poste de shérif et un vieux petit musée. C’était vraiment drôle de rentrer par ici. On se serait cru dans l’ancien temps, où les indiens étaient encore présents. Ou alors dans une petite ville comme on en voit dans les films de cowboy.

 

Jéromine qui regarde la route de la vallée de la Mort

Jéromine sur la route

Sur la route de la Death Valley

La petite ville de Shoshonne

La petite ville de Shoshone.

Shoshonne, perdue au milieu de la death valley

 

Nous avons pu apercevoir Bad Water en fin de journée alors que le ciel se vidait de ses derniers rayons de soleil. Malgré la faible luminosité, nous avons vu de près les cratères de formes alvéolaires formées par le sel. Cette zone se situe à -85.5m sous le niveau de la mer ce qui en fait le point le plus bas d’Amérique. L’avantage d’y être arrivée en fin de journée, c’est qu’il n’y avait pas foule. Le désavantage c’est qu’on y voyait à peine, mais on savait qu’on le reverrait d’un autre point de vue.

Nous avons passé la nuit dans un hôtel au Nevada (juste à la frontière), Longstreet Hotel et Casino. Une petite pépite de beauté… C’est un hôtel très grand, au milieu de nul part. Quand on rentre, on trouve un petit casino sur la droite, un « restaurant » en face (où j’ai mangé les plus mauvais spaghetti boulettes de ma vie) et sur la gauche, un long couloir qui mène aux chambres. Cet endroit est kitsch au possible mais très pratique. Nous avons pu faire des lessives pendant que nous dégustions notre merveilleux repas et la chambre était vraiment confortable et propre. A l’extérieur se trouve une petite chapelle avec un lac et quelques canards. Bref, une parenthèse dans notre voyage dans l’Amérique profonde.

 

Notre bolide sur la route de la vallée de la mort

Notre bolide.

Bad Water, le point le plus bas d'Amérique du Nord

Bad Water.

Sur le panneau de la Death Valley

Le splendide hôtel.

 

Le lendemain nous sommes repartis direction Dante’s View, un point de vue splendide (et très frais) en haut d’une montagne. Situé à 1669m d’altitude dans le massif de Coffin Peaks, dans les Black Moutains, cet endroit offre un panoramique magnifique sur la Vallée de la Mort et sur Bad Water. On peut se rendre compte de la mer de sel créée par les alvéoles. Quand nous y sommes allés, il y avait peu de monde, ce qui laissait le temps de s’imprégner de l’endroit. Et bien sur, de prendre des photos! Nous y étions aussi pendant le shut-down de M. Trump, l’entretien n’était donc pas réalisé… Je vous laisse imaginer l’état des sanitaires.

Nous sommes ensuite partis en direction de Zabriskie Point, une partie du chaînon Armagosa. C’est le lit d’un ancien lac asséché il y a 5 à 10 millions d’années. Il aurait ensuite été sculpté par les vents et l’eau puis par les mouvements terrestres lui donnant ainsi sa forme si particulière. Une forme de montagne lisse et érodée avec un dessin ressemblant à des racines d’arbre. C’est clairement un must à voir, même si il y a beaucoup de touristes.

Dans les derniers arrêts sablonneux, nous sommes passés devant Mesquite Flat Sand Dunes, un vrai désert. La seule chose qui diffère d’un désert africain, c’est qu’il y a plein de montagnes tout autour. Vu que nous étions là l’hiver, nous avons pu marcher pieds nus sur le sable sans se brûler. C’était tellement agréable de sentir ce sable doux sous nos pieds. Là encore, il y avait d’autres touristes mais il existe peu d’endroits sans touristes de nos jours…

Notre dernière nuit dans cette belle vallée s’est passée dans un Airbnb face au Mont Whitney. Une belle soirée ponctuée de hot dog maison, de foie gras de canard, et de vin rouge. Et surtout, une soirée passée en compagnie de belles personnes.

 

Zabriskie Point

Dante’s View.

Grosse chaleur à Zabriskie Point

Jéromine à Zabriskie Point

Grosse chaleur à Dante’s View.

La beauté de Zabriskie Point

Zabriskie Point.

Zabriskie Point à perte de vue.

Mesquite Flat Sand Dunes.

Le Mont Whitney et ses montagnes bleues.

La dream team French Connexion

La Team French Connexion.

 

Moi à Yosemite

 

En route pour Séquoia Park Yosemite…

La Californie est faite de beaux paysages et de point de vue à admirer, cependant, l’entre deux n’est pas bien beau. Nous avons roulé des centaines de kilomètres et sommes passés dans des petits villes perdues comme dans des villes affreuses aux odeurs chimiques. Nous sommes aussi passés au milieu des rangées d’orangers et de citronniers avant de rejoindre le temps attendu Séquoia Park. Il ne devait pas être aussi impatient que nous de le voir puisque deux rangers nous ont barré la route. C’est ainsi que nous n’avons pas vu cette merveille. Merci Trump!

De ce fait, nous avons du rester dans la ville de Three Rivers et y passer notre fin d’après midi. Il n’y a pas vraiment grand chose à faire là bas, mis à part de se promener le long de la rivière. Surtout que nous avions déjà roulé de nombreuses heures depuis la Death Valley. Le soir, nous avons trouvé un super resto (clairement, il n’y en a pas 150 dans cette ville) : Ol Buckaroo. Une cuisine qui propose, entre autres, des plats végétariens dans un super cadre et une ambiance chaleureuse.

Nous avons ensuite passé la nuit dans un bel hôtel à Three Rivers toujours, qui nous a servi un bon petit déjeuner : le Comfort Inn & Suites Sequoia Kings Canyon / Three Rivers. A savoir, nous avions réservé une chambre pour 2 (mais avec deux lits doubles, car la réservation pour 4 personnes était 50$ plus chère. Pour les petits déjeuners, personne ne vérifiait de quelle chambre nous étions, donc pas de soucis non plus!). Nous avons donc économisé quelques sous pour cette réservation!

 

Three Rivers.

 

Nous sommes partis dès le lendemain en direction de Yosemite, en espérant que lui ne serait pas fermé (et il ne l’était pas). Là encore nous avons fait beaucoup de route car le trajet est pas mal plus long que ce qu’on imagine sur la carte. L’entrée sur le site du parc est une chose, mais arriver à un premier point d’intérêt demande encore plus d’une heure de route dans les montagnes. Nous avons quand même pu profiter d’une heure et demie d’ensoleillement avant de trouver un hôtel dans le parc, le Yosemite View Lodge. Ce qui nous a permit de nous promener et d’admirer une belle chute avec le coucher de soleil.

Etant donné qu’on y était en janvier, il n’y avait pas tant de touristes et c’était surement plus agréable qu’en plein été agglutinés les uns contre les autres. Bon à savoir aussi, il n’y a pas vraiment de réseau dans le parc et encore moins d’Internet. Le mieux est donc de prévoir d’avance ce que vous voulez faire et où vous voulez dormir. Je vous conseille aussi de dormir dans le parc si vous comptez rester plusieurs jours. On vous propose divers logement allant de la tente à la chambre d’hôtel luxueuse. Vous aurez donc l’embarras du choix! Le notre était calme et confortable avec le nécessaire pour se faire chauffer une soupe au micro-ondes!

 

Yosemite Park

Se perdre dans les méandres du Parc Yosemite.

Pont dans le parc Yosemite

Yosemite cascade

La beauté des chutes d’eau de Yosemite.

Yosemite

Et au milieu, coule une rivière.

 

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes retournés nous promener dans le parc et découvrir d’autres recoins de cet immense espace. C’est fou à quel point ce parc regorge de beauté et de choses à voir. On pourrait y passer une semaine sans arriver à finir toutes les randonnées qu’il y a. Nous n’avions pas d’itinéraire tracé et avons donc pu nous perdre toute la journée. Après avoir passer un tunnel, nous avons atterri à Tunnel View, un point de vue magnifique sur tout Yosemite et sur le Half Dome. Nous nous sommes perdus dans la montagne et avons marché sur la Mirror Lake Trail. De beaux endroits où on aurait pu rester bien plus à profiter de cette belle nature. Malheureusement, une tempête de neige été annoncée et nous avons dû partir avant le déluge (pas de pneu neige oblige…) direction Monterey.

 

Vue splendide sur la montagne.

Cette vue du Yosemite

Petite biche dans Yosemite

Biche, oh ma biche.

Sur la route de Yosemite

Yosemite et ses splendeurs

Je ne me lasse pas de cette vue incroyable.

Bel oiseau dans Yosemite

Petit oiseau.

La beauté à l'état pur

La beauté à l’état pur.

Au milieu des arbres de Yosemite

Moi à Yosemite

Est ce qu’on voit que je suis heureuse?

 

 

Sur les traces de la Route 1.

Arrivés tard le soir, nous n’avons rien vu de Monterey mis à part l’hôtel où on a dormi. Il y a surement plein de petits restaurants dans la ville mais nous étions vraiment fatigués pour faire le tour. Nous avons donc mangé au Black Bear Dinner et dormi au Ramada. Deux endroits sans prétention mais tout à fait charmants et très agréables. Bon petit déjeuner et chambre propre, il y a même une piscine et une « salle de sport ». Je vous recommande cet hôtel pour y passer quelques jours.

Le lendemain, nous avons pris la voiture pour rouler le long de la route 1, voir les falaises, l’océan Pacifique et la beauté à l’état pur. Il y a plein d’arrêts à faire sur la route, plus ou moins populaire sur les réseaux sociaux. Nous avons fait un stop vers Monastery Beach pour prendre des photos et à d’autres plusieurs endroits sans réels noms. Sur le chemin, nous avons aussi croisé plusieurs ponts, dont le très beau Bixby Creek Bridge, le plus connu. Après cela, nous avons fait un arrêt à Pfeiffer Beach, une plage avec un rocher immense où l’eau du Pacifique s’engouffre dans un trou avec une force immense. Là encore, ces sites n’étaient pas très touristiques au vu du moment de l’année mais aussi à cause de la tempête et de la pluie qui ne faisaient que grossir.

Avant de repartir dans l’autre sens, nous avons fait un arrêt repas chez Nepenthe et Phoenix. La première une petite cabane perchée dans la montagne qui abrite un restaurant avec un bon feu en son centre. On y trouve un bar, des tables bien dressées et des assis-debout qui font face à la mer déchaînée. Cet endroit est vraiment agréable et chaleureux même si les prix sont un peu plus élevés que d’habitude. La deuxième est une boutique de « souvenirs » qui regroupe des livres, de la papeterie, des savons et quelques choses créées dans le coin. Il y a aussi des couvertures, des huiles essentielles ou encore des bijoux. Un petit arrêt sympathique à Carmel-by-the-Sea nous a permit de bien finir la journée autour d’un chocolat chaud.

 

L'océan Pacifique

L'océan Pacifique

Sur les côtes du Pacifique.

La puissance de l’eau, force de la nature.

Des chiens dans les champs

Un pont splendide

 

Le lendemain, départ direction San Francisco avec évidemment, quelques beaux arrêts en chemin. Un des plus marquants a été Panther Beach, des falaises frappés par le vent et l’océan en furie. C’est un endroit sans personne avec seulement la beauté de la nature à perte de vue. Une place très reposante et en même temps qui vous fait réfléchir à la petitesse de l’homme face aux éléments. La force de l’eau y était incroyable car on sentait la terre de la falaise sous nos pieds qui bougeait à chaque fracas.

Un autre de mes coups de coeur avant d’arriver à San Francisco a été la petite ville de Pacifica. 40.000 âmes vivent ici entre mer et monts, c’est une ville de surfeurs. L’ambiance est vraiment chill et moderne dans un cadre hyper reposant. Nous avons pris un café chez Soul Grind Coffee Roster, un paradis à l’état pur. Nous ne sommes malheureusement pas restés longtemps ici mais c’est fou ce que cette ville a su me charmer en moins d’une heure. Je sais que je me répète mais j’ai trouvé cette ville bourrée de charme. C’était notre dernier arrêt avant San Francisco.

 

L'eau, l'élément le plus puissant sur terre

C’est ça qu’on trouve en longeant la côte.

La puissance des vagues qui s’écrasent contre les falaises.

Le phare du bout du monde.

Soul Grind Coffee Roster.

De belles choses d’ici.

La côte de Pacifica.

 

Trucs en plus :

  • Il n’y a pas de réseau dans le parc Yosemite ou très peu, prévoyez vos réservations avant. Le wifi coûte très cher.
  • La route entre les parcs est longue, vous allez perdre facilement une journée de transport à chaque fois. Prévoyez le dans votre planning.
  • La route 120 qui traverse Yosemite est fermée une grande partie de l’année (octobre à juin), ce qui oblige à faire un énorme détour. Voici le site pour suivre en direct les conditions des routes et organiser votre trip.
  • L’hiver permet d’avoir moins de monde avec soi dans les zones touristiques mais la durée d’ensoleillement de la journée est beaucoup plus courte. Pensez-y car la journée est beaucoup plus courte que ce qu’on pense!
  • Même si « Death Valley » fait penser à « chaleur », l’hiver ce n’est pas tout à fait le cas. Au sol nous étions soit en t-shirt soit en pull avec un pantalon. Du moment qu’on monte un peu dans les montagnes, une bonne veste d’hiver (style Canada) sera nécessaire pour ne pas mourir de froid.

 

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à me le dire et à laisser un commentaire! Ça fait plaisir et ça aide à avancer! Et si vous n’avez pas lu mes autres articles sur Los Angeles et San Francisco… Vous attendez quoi? GO, GO, GO!

Please follow and like us:

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *