EN ROUTE

Pourquoi j’ai détesté Los Angeles.

J’ai détesté Los Angeles.
Pour notre premier voyage en (presque) amoureux, nous avons décidé de visiter l’état de la Californie, aux Etats Unis. Du Sud au Nord, de ville en ville et de parc en parc, nous avons vadrouillé un peu partout. Nous voulions voir un maximum de choses, dans un laps de temps court. Ce qui impliquait de visiter deux aéroports. Los Angeles à l’arrivée, San Francisco au départ. Deux villes, deux ambiances et surtout, deux ressentis totalement opposés. On s’en parle?

 

LOS ANGELES

Commençons par le commencement, j’ai détesté cette ville. Détesté peut paraître un peu fort, il y a quand même eu certains points positifs. N’exagérons rien. Mais d’un point de vue général, ce n’est clairement pas la ville où je retournerais avec envie. Ou alors en passage éclair. Il faut déjà avoir bien en tête que ce n’est ni la France, ni le Canada. Par conséquent, la vie y est totalement différente et les gens aussi. Normal me direz vous, mais je ne m’attendais pas à un changement aussi intense. Los Angeles est une façade superficielle qui cache de nombreuses désillusions du rêve américain.

 

Vue de Los Angeles

 

Les gens

Habiter à Los Angeles si on ne vient pas de LA, c’est habiter dans 1/8ème de la ville car les 7/8ème restants sont occupés par des gangs ou des gens avec peu de moyens. C’est la triste réalité que j’ai aperçu en passant 4 jours dans cette ville. On nous avait prévenu que Los Angeles n’était pas la ville la plus calme des USA. Mais je ne pensais pas un jour pouvoir dire que je me sentais absolument pas en sécurité dans cet endroit.

Les gens y sont bizarres, beaucoup de drogués, d’alcoolisés, de malades. Il y a énormément de monde sur les artères principales et touristiques ce qui est très oppressant. Hollywood Boulevard est un enfer (sauf si vous y aller le matin tôt). Impossible de s’arrêter pour lire les noms des étoiles ou pour aller voir les empreintes de mains sur le Walk of Fame.

La population est composée d’énormément de latinos et d’asiatiques qui tiennent beaucoup de stand de nourritures de rue. Surtout aux endroits touristiques. Il y a des SDF un coin de rue sur deux qui vivent dans des tentes. Ils s’approprient des pans entiers de trottoirs et se crées des endroits à eux qui ne donnent pas envie de s’y aventurer.

 

 

La saleté

Mis à part les SDF qui créent des habitations et qui s’entourent de déchets puants, la ville en elle même est très sale. De nombreux détritus jonchent le sol peu importe l’endroit. Nous avons croiser un rat qui se promenait dans le métro et j’ai failli écraser un gros cafard dans un escalator. Il faut faire attention où on marche.

Il y a également beaucoup de crachas et glaires en tous genre. Le BON-HEUR!

Enfin dans les hôtels, c’était « propre » sans plus. On voit qu’un petit coup a été passé mais sans plus. Du genre à découvrir des traces si on passait la lumière bleue… Mais pour les quelques jours passés, on s’en est contenté.

 

 

Les attractions

Qui dit Los Angeles, dit attractions touristiques. J’aime beaucoup déambuler et me perdre dans les rues d’une ville mais pas ici. Nous avions déjà repéré nos poins d’intérêts et fait une sorte de programme en fonction de ce qu’on voulait voir. Je peux donc cocher ma to-do list:

  • Le Walk of Fame et Hollywood Boulevard
  • Les empreintes de mains du Graumans Chinese Theatre
  • Le Brea Tar Pits (des puits de goudron où sont piégés des fossiles préhistoriques)

(Je suis contente de pouvoir dire que j’ai vu ces deux incontournables là mais ce n’est pas ça qui me fera revenir)

  • L’Observatoire Griffith
  • La plage de Santa Monica

(Mes coups de cœur de LA).

  • Le LACMA
  • The Original Farmers Market et The Grove

(J’ai aimé visiter ces deux endroits, c’était intéressant).

 

 

Ce que je n’ai pas fait :

  • Universal Studio Hollywood
  • Warner Bros Studio

(J’ai hésité à faire l’un des deux parcs et finalement j’ai préféré faire d’autres choses. Le prix d’entrée est assez élevé et mes amis qui l’ont fait ont seulement pu faire 4 attractions sur toute la journée. Clairement pas un investissement rentable pour moi! Il faut prendre les billets VIP qui font office de coupe-file à mon avis)

  • Venice Beach
  • Getty Center
  • Voir un match de Los Angeles Lakers au Staples Center

(Ce sont des choses/ endroits que j’aurais aimé voir mais il a fallu faire des choix! Sauf les Lakers, ils n’y avait pas de match quand nous y étions. Venice Beach reste sur ma liste de choses à faire si jamais un jour je repassais par cet endroit, ainsi que le Getty Center).

 

FARMERS MARKET

 

La circulation

Les embouteillages sont le maître mot de cette ville. Je ne sais pas combien de temps chaque jour perdent les personnes en voiture sur les différentes routes et autoroutes de LA. C’est un véritable calvaire. De plus, comme dans beaucoup de grandes villes, les gens conduisent très mal et klaxonnent pour un oui ou pour un non. Dû aux embouteillages, les bus ne sont pas souvent à l’heure, le métro reste une valeur plus sûre. Nous avons mis 1h à faire 750m pour se rendre à l’observatoire Griffith et nous avons dû abandonner car ça n’était plus vivable. Nous avons pris un Lyft le lendemain pour s’y rendre en toute sérénité.

Avoir une voiture à Los Angeles est très pratique quand on habite loin des transports mais clairement, il faut avoir envie de perdre du temps dans les bouchons. Se garer est un véritable jeu de patience, utiliser les autoroutes (freeway) demande un master en compréhension des voies. Entre la voie payante de gauche (contrôlée par des caméras et non des péages), celle du milieu réservée aux covoiturages (plus de 2 personnes par véhicule) ou encore la voie de droite réservée à ceux qui sortent…

 

Embouteillages LOS ANGELES

 

Les transports

Il existe de nombreux bus qui se rendent partout dans Los Angeles. Cependant, il ne faut pas être pressé. Les routes sont tellement surchargées de voitures que les bus n’avancent pas. Il n’existe pas de voies qui leur sont réservées. Les bus ne sont donc jamais à l’heure et l’attente peut être très longue. Ils sont donc souvent bondés, sans compter sur la conduite de certains chauffeurs, on adore!

Le réseau de bus s’appelle Metro ce qui est un peu mélangeant… Car le réseau de métro s’appelle aussi Metro… Il gère quelques 200 lignes de bus mais il existe aussi d’autres réseaux pour lesquels il faudra repayer des tickets (comme les bus qui se rendent à l’aéroport).

Concernant le métro (et non Metro), le réseau est très peu développé en comparaison de la grandeur de la ville. Il reste pratique mais aurait le mérite d’être un peu plus amélioré. Il permet principalement de se rendre aux grandes artères de la ville et surtout à Santa Monica! Et je ne l’ai jamais vu bondé…

 

 

A découvrir

Passons tous de même aux points positifs!

Mon coup de cœur revient à Santa Monica. Nous y avons vu notre dernier couché de soleil de 2018, assis sur la plage. Les couleurs étaient splendides, le bruit des vagues qui venaient s’écraser sur la plage ou encore la sensation du sable (froid) sous nos pieds nus. C’était incroyable. Après ça, nous nous sommes baladés sur le Pier, le fameux endroit avec les manèges illuminés! Et nous avons fini par boire un verre dans un petit bar sympathique Chez Jay. J’aurais aimé longer encore plus la plage et remonter tous les beaux endroits jusqu’à Venice Beach mais malheureusement nous n’avons pas eu le temps.

Le deuxième endroit qui m’a marqué positivement est l’observatoire Griffith. Malgré la difficulté rencontrée pour y accéder, le panorama au sommet est superbe. On a une vue très étendue sur toute la ville. Si le nuage de pollution n’est pas trop présent on voit assez loin car la ville est très plate! L’observatoire peut se visiter mais il était fermé quand on y a été. De nombreuses soirées spéciales sont proposées afin d’admirer les équinoxes, les pluies de météorites ou encore les éclipses!

Après la visite de ce lieu, on peut redescendre à pied jusque dans la ville (ce qui prend un certain temps, surtout quand on veut prendre tout un tas de photos et profiter du soleil). Evidemment, la montée peut aussi se faire, mais j’ai trouvé très courageux les gens qui l’ont fait, suant à grosses gouttes un 31 décembre… Bref, une bonne promenade!

 

 

A savoir.

  • Pour rentrer sur le territoire américain, il faut avoir l’ESTA (quand on vient d’ailleurs que le Canada). Et attention à bien le prendre sur le site officiel!
  • Pour louer une voiture aux Etats-Unis, il faut souvent avoir au moins 25 ans. Je vous conseille de passer par Alamo, le plus compétitif sur le marché.
  • Los Angeles peut changer de visage le jour et la nuit, il faut être très prudent quand on sort.
  • Tous les achats sont HT (hors taxes) : vêtements, restaurants, épicerie, souvenirs…
  • On va vous « carter » quand vous consommerez de l’alcool. Peu importe l’endroit, la majorité est à 21 ans.
  • Los Angeles n’a pas de centre ville à proprement parlé, ce sont des quartiers.
  • Si vous pensez que vous allez pouvoir voir 4 choses dans votre journée, c’est FAUX! Les distances sont longues et le transport pour les relier aussi.
  • Les logements sont chers, quels qu’ils soient. Nous avons opté pour un Airbnb mais finalement nous avons fini dans un hôtel.

Mais ça, ça sera le sujet d’un prochain article qui parlera de toutes nos mésaventures durant ce voyage (et il y en a pas mal…).

Deux villes, deux ambiances, et surtout, deux ressentis totalement opposés, on parle de San Francisco la prochaine fois 😉

 

Please follow and like us:

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *